IMG-20160504-WA0013 (1).jpg

Richard de Confignon

Ecuyer banneret, Magister, Commandeur de L'Ost.

Seigneur de Confignon, Dardagny, Marlioz, La Corbière et du château de Challex.

Blasonné de sable à la croix d'or, la devise : "Rompre toujours" sur ma bannière m'est héritée d'un poème composé en mon honneur au cours de la croisade contre les turcs.

La populace m'attribue parfois le surnom "l'épervier de Confignon". 

Né le jour des rameaux de l'anno domini 1323, fils de Hugues de Confignon et Brune de Maggenberg, je suis le petit fils de Gauthier de Confignon qui fut vidomne de Genève avant d'être dépossédé de sa charge par l'évêque.

Avant de rejoindre le paradis en 1372, ma bien aimée Jacquemette de La Corbière m'a donné cinq enfants : Jean, Elione, Pierre, Peronette et Luquette qui elle trépassa dans sa 3ème année.

Fidèle au comte Amédée III de Genève, je suis promis à l'adoubement par Amédée VI de Savoie et ai, à mon grand regret, aussi des obligations envers l'évêque de Genève, Alamand de Saint Jeoire.

Ces trois là passant leur temps à se quereller et se réconcilier, peut être de peur de me rendre la vie trop facile... 

J'aime les chevauchées, la fauconnerie, parcourir mes terres, voyager, faire la guerre, regarder croître ma descendance et boire du vin avec mes amis.

De mes amis, le plus cher est Pierre le Bâtard, seul à pouvoir me moquer en m'appelant "l'ortolan de Confignon" sans en subir les conséquences. 

Parmi mes faits d'armes en tant que seigneur on peut entre autres, citer pêle-mêle le matage de révoltes valaisannes, notamment en 52. La victoire contre Hugues de Genève, oncle de notre comte en 54 car il essayait de relancer la guerre entre Genève et Savoie.

Les combats aux côtés du comte vert dans le Piémont contre les Visconti en 56. La croisade contre les ottomans en 66 avec la prise de Gallipoli.

 

Il en est d'autres moins éclatants et célèbres mais je les gardes pour avoir des choses à raconter devant le feu de camp lors des levées de l'Ost. 

En 1384 j'épouse Marguerite de Chetonay avec qui je resterai jusqu'à ma mort. Mon décès survient en 1391 en ma seigneurie, je serai enterré dans la chapelle de Confignon en présence de Pierre, comte de Genève.

Vers 1350, avec l'accord et la bénédiction des comtes, du prélat et de quelques fidèles compagnons, je lève discrètement l'Ost du Lac, force "intercomtale" dont la mission est d'aider au maintien de la stabilité en pays Genevois dans un contexte mouvementé ou guerres, catastrophes et instabilité politique font peser une menace constante sur toute la région Savoie, Dauphiné, Faucigny et Genève.


L'historique de mes charges les plus importantes :

Châtelain du mandement de Peney 15 novembre 1349 au 11 Août 1351

Châtelain du mandement de Thônes 5 janvier 1354 au 15 avril 1357

Châtelain du mandement de Ballaison 16 Avril 1357 au 17 juin 1361

Châtelain des Clées 1er avril 1365 a 1369.