Abonnez-vous pour recevoir des Mises à Jour

Nombre de visiteurs:

  • Black Facebook Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon

Genève, Suisse | ostdulac.medieval@gmail.com | +41 76 693 78 45

© 2016 L'Ost du Lac. Créé par Franck Lubicz avec Wix.com

La tenue de guerrier au 14ème siècle

December 20, 2016

 

Prélude.

Le 14ème siècle est extrêmement intéressant car c'est le moment de passage entre protections partielles jusqu'aux armures complètes que l'on voit fréquemment dans les tournois de Béhourd. 

Selon le guerrier que vous incarnez vous ne pourrez pas porter n'importe quelle armure. Les arbalétriers, par exemple, ne portaient souvent qu'une Jacques avec un Chapel sur la tête pour les plus chanceux.

Le commun des chevaliers et seigneurs ne portait pas toujours une armure de plates (ou harnois) mais le plus souvent une Brigandine, moins chère et facilement réparable. 

 

Dans cet article, je vous proposerai quelques exemples dont vous pourrez vous inspirer pour votre tenue ainsi qu'une petite liste de sites marchands à la fin.

 

Les thèmes : Le gambison - L'armure - Les armes - Le survêtement - Le bouclier

Le gambison

Description : Le gambison est une protection matelassée qui se met par dessus vos simples habits et sous l'armure.

 

Utilité : Il sert à amortir les chocs et à vous protéger grâce à son épaisseur. Il est important de commander son gambison avant l'armure car vous devrez prendre vos mesures avec ce vêtement matelassé !

 

Les types : Il en existe plusieurs sortes et sur les sites marchands ils sont souvent référencés en fonction du siècle d'utilisation. Certains s'enfilent comme un pull et d'autres ont des boutons ou des lacets comme une chemise.

 

Recommandation : Si vous prenez une armure de plates à mettre par dessus, veillez à ce qu'il y ait les lacets sur le gambison afin de pouvoir y attacher vos pièces d'armure ! 

 

L'armure

Au 14ème siècle, il existe principalement quatre types d'armures :

 

1. L'armure de plates

2. La brigandine

 3. La cotte de plaques

4. La Jaque d'armure

 

 

Pour chacun de ces types il existe des variantes selon les pays et les périodes du 14ème que je n'aborderai pas en détail.

 

 

J'aborderai les casques à la fin de ce chapitre car ils ne dépendent pas de la même façon du type d'armure.

 

 

 

 

1. L'armure de plates

C'est l'armure la plus représentée dans les films et prisée des médiéphiles. Sûrement parce qu'elle en impose pas mal et que niveau protections.. c'est le top ! Le désavantage reste le poids et la mobilité.

Les chevaliers aisés et les nobles étaient les principaux porteurs de ces armures car elles sont plutôt onéreuses.

 

L'armure de plates représente une armure faite de différentes pièces d'armures forgées en une pièce de métal, comme le plastron ou les gantelets par exemple.

 

 

Ces armures sont constituées :

d'un plastron ou d'une cuirasse, protégeant le ventre et le torse, ainsi que le dos.

 

De bras d'armures, des spalières (épaules) aux coudières, en passant par les canons (avant-bras) jusqu'aux gantelets qui protègent les mains.

 

Les jambes d'armures, il existe des modèles complets ou alors séparés du haut de la jambe au genoux, les genouillères, les grèves pour le tibia et les solerets qui se mettent par dessus la chaussure.

 

Le camail ou colletin, ce sont les parties en mailles qui se mettent sur la tête ou autour du coup.

 

 

 

 

Les différentes pièces d'armures mentionnées plus haut

2. La brigandine

 

La brigandine est l'une des protections phares du 14ème siècle.

Elle était utilisée par beaucoup de guerriers et seigneurs ayant une certaine opulence.

 

Bien que moins chère que le harnois de plates; elle était assez onéreuse de par la quantité de métal, le travail effectué dessus et les revêtements de tissus ou le cuir recouvrant ces plaques d'acier. 

 

Conception :

La brigandine est faite de plaques rivetées les unes aux autres qui permettent une excellente mobilité et une protection excellente.

Les plaques de métal étaient recouvertes de lin, de cuir ou d'autres tissus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Teinte, chaque homme d'armes pouvait se distinguer par ses couleurs ou en ajoutant un signe distinctif (voir l'image à gauche), ou sur la plaque de poitrine (voir image ci-dessous) sur laquelle on pouvait

fixer des chaines attachées aux armes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3. La cotte de plaques

 

La cotte de plaques est l'ancêtre de la brigandine que nous aborderons plus tard. 

 

Il s'agit d'un revêtement de tissus avec à l'intérieur plusieurs plaques de métal protégeant bien le corps des coups de "taille" mais moins efficace contre un coup d'estoc bien placé ou une flèche vicieuse.

 

A porter par dessus le gambison et la cotte de mailles, c'est une protection bon marché et facilement réparable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cotte de plaques étant l'armure des chevaliers les plus pauvres et des fantassins, les protections pour le reste du corps étaient plutôt sommaires bien qu'on l'ait vu associée (à Visby notamment) à des cottes de mailles.

 

La protection de mailles

J'aborde brièvement la protection de maille car elle est mentionnée déjà plusieurs siècles avant J-C (source wikipedia ici).

 

Les piétons les plus aisés portaient probablement un haubert qui leur couvraient les bras et la taille avec un camail pour la tête surmonté d'une cervelière à nasal comme sur l'image. 

 

La cotte de mailles pouvait se porter sous les différents types d'armure comme la cotte de plaques ou l'armure de plates et elle était encore grandement utilisée jusqu'à la fin du 14ème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4. La jaque d'armure

 

La jaque (ou jacque) pouvait représenter un habit de tissu s'ouvrant sur le devant, ce qui a probablement donné le mot jaquette. La jaque d'armure était un vêtement de guerre peu onéreux et facile à faire, toutefois les sources historiques ne sont pas toutes d'accord quant à la

composition ​de ces jaques. Certains la décrive comme étant un pourpoint de type

justaucorps semblable au gambison mais plus épais ou fait de matériaux plus résistants (1) toutefois il semblerait que ce type de jaque s'étend à partir du 15ème siècle, tandis que d'autres disent qu'elle était plus semblable à la brigandine avec des plaques d'acier à l'intérieur mais que contrairement à la brigandine elles n'étaient pas rivetées mais seulement cousues (2).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques sites marchands

 

Steel-master : http://www.steel-mastery.com/en

Forge of Svan : http://forgeofsvan.com/

Medievae reproductions historiques : http://www.medievae.fr/fr/

Armstreet : https://armstreet.com/

 

 


Sources

 

Le guide de l'homme d'arme aisé au mi-14ème siècle selon sources historiques : L'homme d'arme au mi-XIVème

Sources sur la jaque d'armure

Excellent article d'Armae sur : Brigandines, jaques et cotte de plaques

 

La plupart des images sont tirées des sites marchands et de Google Image après vérification de l'historicité du contenu. Malgré cela, il est possible qu'il y'ait des erreurs, merci de me les signaler en commentaires. :)

 

Please reload